SBR : un bioréacteur dans un wagon-citerne

Presse info INRA – Juin 1998

La collaboration entre l’INRA (Laboratoire de Biotechnologies de l’environnement de Narbonne) et les Ateliers d’Occitanie, spécialisés dans la construction et la réparation des wagons, a débouché sur le développement d’une unité de dépollution des effluents d’industries agroalimentaires par le procédé SBR (Sequency Batch Reactor). Les cuves dans lesquelles sont traités les effluents (d’origine viticole ou laitière) peuvent être construites à partir de matériel neuf ou de citernes de wagons de récupération. L’application au traitement des effluents urbains pour les petites communes est en cours de développement.

A la recherche de cuves pour la mise au point d’un bioréacteur pour la dépollution des résidus d’industries agro-alimentaires, les chercheurs de l’INRA ont rencontré les responsables des Ateliers d’Occitanie. Ceux-ci disposaient de wagons qui n’étaient plus habilités à circuler et qui jusqu’ici pouvaient être utilisés pour le stockage d’eau dans la lutte contre les incendies. Après la mise au point d’un prototype, une première unité a été installée dans une cave vinicole, pour le traitement de ses effluents, et a donné des résultats très satisfaisants. Le SBR est produit par les Ateliers d’Occitanie sous licence INRA, ce qui a généré trois emplois directs. Le procédé a également été développé pour les fromageries. Dix sites sont aujourd’hui équipés. L’entreprise utilise aujourd’hui aussi bien des cuves neuves que de récupération (dans le souci d’une diminution des coûts de production).

Dans une unité de dépollution SBR, la cuve est aménagée en réacteur biologique. Pour les unités installées dans les régions froides, elle peut être calorifugée pour maintenir une activité microbienne suffisante. Le procédé fonctionne sur le principe du traitement des effluents en aérobie et sur une conduite du réacteur par cycles successifs. La cuve, d’une capacité de 10 à 85 m3 est remplie, ensemencée et aérée en continu pour stimuler l’activité microbienne. Après décantation, les eaux dépolluées sont évacuées, les boues en excès sont transférées vers une autre cuve de stockage, et un nouveau cycle peut recommencer. Le système permet d’éliminer plus de 96 % de la matière organique biodégradable pour les effluents d’origine vinicole, et 99 % pour les effluents d’industries fromagères. Il est particulièrement bien adapté au traitement des petites unités de production.

Un autre domaine d’application de ce procédé est actuellement en cours de développement : le traitement des eaux urbaines. Les deux tiers des communes françaises, en particulier, les plus petites ne sont pas actuellement équipées en station d’épuration. Elles sont à la recherche de procédés efficaces, et représentant un investissement et des coûts de fonctionnement faibles. Le SBR semble donc pouvoir s’adapter parfaitement à ce type de demande. Un site est actuellement en cours d’équipement.