Un domaine au vert avec sa micro station d’épuration
Visite de la station avec M Jougla (photo J. Le Meignen)

VAR MATIN – 25/09/96

Le domaine « Château de Berne » se dote d’une micro station d’épuration ultra moderne, unique dans la viticulture varoise. L’écologie à l’heure de l’Europe.

 

De la cueillette du raisin à la mise en bouteilles, les diverses opérations qui se succèdent ne se font pas sans production de rejets riches en azote, phosphore, matières organiques, etc. … qu’il faut évacuer (un hectolitre d’effluents pour un hectolitre de vin). Le système de lagunage utilisé partout, ou presque, est une méthode de décantation qui dégage des odeurs, attire des nuages de moustiques et qui est donc peu recommandable. Pour respecter la nouvelle règlementation européenne qui sera applicable à la fin du siècle, donc bientôt, le « Château de Berne » a innové en se dotant d’une micro station d’épuration sophistiquée, la première du genre dans le Var.

Cette micro station d’épuration, de conception française, utilise le système S.B.R (Sequencing Batch Reactor), un système déjà utilisé dans certains secteurs polluants, l’industrie laitière par exemple. Mais cette station sera unique en viticulture dans le Var et la seconde en France, une station presque similaire existant déjà dans la région bordelaise.

Le procédé d’épuration S.B.R. consiste à stocker les effluents dans une cuve métallique de 65 m3, puis à traiter ces effluents dans une seconde cuve de même capacité, par une injection d’air dans le liquide auquel on a ajouté des boues récupérées dans une station d’épuration classique. La fermentation de ces boues favorise le développement d’enzymes gloutons et, après sept jours de traitement, on obtient 95 % d’eau correcte. La matière restant dans la cuve est alors récupérée par une entreprise agréée et transportée dans une station d’épandage réglementée. Cette opération se fait sous le contrôle de la Chambre d’Agriculture.

UN INVESTISSEMENT COUTEUX MAIS EXEMPLAIRE

L’installation à Berne de cette micro station d’épuration fait suite à trois années de réflexion, d’une étude menée avec l’I.N.R.A. de Narbonne par un administrateur du domaine, Mr Pierre Jougla, qui prévoit de doubler la superficie du vignoble, estimant que la règlementation actuelle ne saurait perdurer.

C’est une installation coûteuse dont le prix varie en fonction des travaux de terrassement indispensables. A Berne, ces travaux ont été conséquents et le montant de l’investissement sera supérieur à 400 000 Francs. Mais des aides du Conseil Général et de l’Agence régionale de l’eau sont espérées.

Quoi qu’il en soit, cette micro station d’épuration mise en place il y a quelques jours sera opérationnelle pour les prochaines vendanges. Après quoi, le système sera contrôlé par treize analyses différentes, à quatre reprises, plus une autre analyse après une année de fonctionnement, en septembre 1997, à raison de quatre à cinq traitements dans l’année, pour environ trois cents mètres cubes de rejets.

On se rend compte qu’il s’agit d’une réalisation à citer comme exemple, une station d’épuration que Mr Pierre Jougla et le directeur Mr Didier Fritz se feront un plaisir de faire visiter aux personnes intéressées.